English version ACCUEIL INSCRIPTION PANIER NEWSLETTER LIENS CONDITIONS GENERALES CONTACT SUIVI DES ACHATS
RECHERCHER
 
INDEX DES FORMATS
CD   SACD   33 tours   DVD
 
INDEX DES ARTISTES
abbey lincoln
al haig
albert ayler
albert mangelsdorff
alice coltrane
andrea pozza
anita o day
ann richards
archie shepp
art blakey
art farmer
art matthews
art pepper
art tatum
baby face willette
barney kessel
barney wilen
barry harris
bennie green
bennie wallace
benny carter
benny golson
betty bennett
bill evans
bill perkins
bill russo
billie holiday
billy childs
billy taylor
blossom dearie
blue mitchell
bob berg
bob brookmeyer
bob dorough
bob james
bobby hutcherson
bobby timmons
booker ervin
bud powell
bud shank
buddy de franco
cannonball adderley
carmen mc rae
carol stevens
cassandra wilson
cecil taylor
cedar walton
chano dominguez
charles lloyd
charles mc pherson
charles mingus
charles persip
charlie haden
charlie mariano
charlie mingus
charlie parker
chet baker
chick corea
chico hamilton
chris anderson
chris connor
chuck mangione
clark terry
Clarke Boland
claude williamson
cliff jordan
clifford brown
coleman hawkins
conte candoli
count basie
crusaders
curtis fuller
damilo rea
dan nimmer
dany doriz
dave brubeck
david newman
david sanborn
dexter gordon
diane schuur
dinah shore
dinah washington
dizzy gillespie
dizzy reece
dollar brand
dominick farinacci
don cherry
don randi
don wilkerson
donald byrd
doug watkins
duke ellington
duke jordan
duke pearson
earl klugh
eddie costa
eddie gomez
eddie harris
eddie higgins
eddie lockjaw
ella fitzgerald
elvin jones
eric alexander
eric dolphy
eric reed trio
ernestine anderson
erroll garner
ethel smith
eugen cicero
eumir deodato
fats navarro
four freshmen
francesco cafiso
franck rosolino
franco ambrosetti
Frank D Rone
frank foster
frank wess
fred jackson
fred simon
freddie gambrell
freddie hubbard
freddie mc coy
gabor szabo
gary burton
gary mc farland
gary peacok
gary williams
gato barbieri
gene ammons
george duke
george russell
george shearing
george wallington
gerald albright
gerry mulligan
gigi gryce
gil evans
giorgio serci
glenn miller
grant green
grant stewart
great jazz trio
hampton hawes
hank crawford
hank jones
hank mobley
hanna elmquist
harold mabern
harvey mason
helen merrill
herb ellis
herb geller
herbie hancock
herbie mann
horace parlan
horace silver
Howard mc Ghee
howard roberts
hubert laws
j.j. johnson
jack jones
jack marshall
jack mc duff
jack montrose
jack sheldon
jack wilson
jackie and roy
jackie mc lean
jacques loussier
jan august
janice harper
Jeri Southern
jerri winters
jim hall
jimmy giuffre
jimmy knepper
jimmy scott
jimmy smith
joe farrell
joe gordon
joe harnell
joe henderson
joe pass
joe sample
joe wilder
john coltrane
john di martino
john lewis
john mc laughlin
john patton
johnny coles
johnny griffin
johnny hodges
johnny smith
jon hendricks
june christy
junior cook
junior mance
jutta hipp
karel boehlee trio
kathy barr
kay starr
keith jarrett
ken mc intyre
kenny burrell
kenny clarke
kenny dorham
kenny drew
kevin mahogany
larry young
laura fygi
laurindo almeida
lee konitz
lee morgan
lee ritenour
les demerle
les mc cann
lester young
linda lawson
lola albright
lou donaldson
louis armstrong
louis smith
lyambiko
machito
mal waldron
manhattan trinity
marilyn moore
marilyn scott
marion brown
marion brown quintet
Marlena shaw
marty paich
matt dennis
Max Bennett
max roach
mc coy tyner
mel torme
michael brecker
michael white
michel petrucciani
michel sardaby
mike mainieri
miles davis
millie vernon
milt jackson
milton nascimento
modern jazz quartet
monica lewis
monica zetterlund
montego joe
nancy harrow
nancy wilson
nat adderley
nicki parrott
nicolas meier
oliver nelson
one for all
ornette coleman
orquesta aragon
oscar peterson
oscar pettiford
Pam Garner
pat martino
pat metheny
pat moran
patti page
paul smith
peggy lee
pepper adams
perez prado
perfect houseplants
pharoah sanders
phil woods
phineas newborn
phineas newborn jr
pinky winters
poll winners
quincy jones
rain forest
ralph sharon
ramsey lewis
ray bryant
ray charles
red garland
red mitchell
richard beirach
richie beirach
rita reys
robert ruff
roger kellaway
roland hanna
roland kirk
ron carter
rosemary clooney
roy ayers
rufus harley
russ freeman
ryan kisor
sadao watanabe
sal salvador
sarah vaughan
scott hamilton
seldon powell
serge chaloff
shelly manne
shirley scott
shorty rogers
simone
singers unlimited
slide hampton
sonny clark
sonny criss
sonny rollins
sonny stitt
stan getz
stan levey
stanley black
stanley turrentine
stefano bollani
stephane grappelli
steps ahead
steve kuhn
steve marcus
stew cutler
sue raney
sylvia syms
tadd dameron
tal farlow
ted sirota's
teddi king
teddy charles
tequila production
terry callier
tete montoliu
thad jones
the brecker brothers
the glenn miller orchestra
the jazz crusaders
the jfk quintet
the modern jazz sextet
the moffett family jazz band
the ray charles singers
thelonious monk
tina brooks
tommy flanagan
Toni Arden
tony williams
Toshiko Akiyoshi
Vicky Lane
walt dickerson
walter davis jr
walter lang
wes montgomery
wilbur harden
wynton kelly
zoot sims
REEDITIONS REMASTERISEES
 
A propos des Rééditions Remasterisées de nos Disques Imports.

Il semblerait que vous soyez relativement nombreux à vous poser des questions sur lapport qualitatif réel, lié à toutes ces différentes Remasterisations& que nous vous proposons.

Je vais essayer de vous en expliquer les principaux bienfaits. Mais pour que tout cela soit le plus clair possible, quelques rappels chronologiques me paraissent indispensables.

Le Compact Disc est né à la charnière des années 1981/1982. Je pense pouvoir soutenir quil avait trouvé son origine dans un indiscutable constat, objectif et serein : les problèmes inhérents au précédant support étaient indissolublement liés la nature même de celui-ci. En effet, les disques vinyles se « détérioraient » inexorablement à chaque lecture. De surcroît, les possibilités quant au stockage et donc à la durée étaient relativement (parfois drastiquement !) limitées& Combien damateurs dOpéras, entre autres, sen plaignaient !

Une approche de solution pour éradiquer ce problème a commencé à germer, dans la seconde partie des années 70. Les firmes PHILIPS et SONY sy sont conjointement attelées. Elles ont donc mis au point un nouveau support. Certifié « inaltérable » grâce à la lecture laser (plus de frottement mécanique !). Il permettait également dans un diamètre de 12cm (et non plus de 30 !) de proposer jusquà 80mn de musique enregistrée!

Hélas, ce tableau résumé et idyllique présenta instantanément un grave revers que ne manquèrent pas de souligner et surtout de dénoncer avec véhémence de très nombreux mélomanes et autres audiophiles : une absence par trop (pour ne pas dire : dramatique !) criante de musicalité globale, en nette régression en tous cas, par rapport au vinyle. Tout naturellement, ce dernier commença à « opposer mieux que de la résistance ». Ce débat est dailleurs très loin dêtre clos, de nos jours. De très nombreux amateurs de vinyles ne démordent toujours pas de leurs convictions. Je suis, seulement à certains égards, relativement daccord avec eux.

Mais très (pour ne pas dire& trop !) souvent, ils en sont restés arbitrairement aux théories, impressions et autres considérations, essentiellement fondées et justifiées& dans le strict contexte de lapparition des premiers lecteurs de CD (dans la première partie des Années 80 !) et tout autant des premières générations de Disques Compacts. Pourtant, il faudrait bien admettre et même se persuader quil faut bien un début à tout. Une nouvelle technologie ne saurait être (ni ne sera jamais !) exempte de tares, de problèmes ou& de limitations.

Ce dernier substantif relève quasi immanquablement de leuphémisme technologique ! Véritable retour instantané de manivelle : le Cahier des Charges originel du Compact Disc (mais encore une fois : il faut un début à tout !!) sest avéré par trop limitatif. Il spécifiait et se limitait à: 16 bit pour la quantification et 44,1Khz pour léchantillonnage&

Les détracteurs du CD en conclurent, un peu trop définitivement, à la caricature de musicalité au sujet des premiers résultats, tous fort décevants selon eux. Mais ces réserves, ces défiances et ces protestations nauront pourtant rien changé de fondamental au mouvement des choses. Peut-être même auront-elles, paradoxalement, contribué à faciliter le cours irrépressible de lHistoire ? En effet, la concurrence acharnée entre tous les fabricants aidant, les années 80 ont déjà permis léclosion dincessants et prometteurs progrès dans la qualité des Lecteurs de CD. A son tour, lidée dun remise en question du cahier des charges originel (16bit/44,1Khz&) sest rapidement imposée. Il sagissait de fixer des nouvelles normes, davantage performantes.

Les convertisseurs D/A (digital / analogique) équipant les lecteurs haut de gamme de la seconde partie des Années 80 ont contribué à ouvrir les premières brèches& dans lesquelles tous le reste de la production sest progressivement engouffré. En moins de deux décennies, nous sommes passés de 16 bit à 18 puis à 20 et enfin à 24 bit.

Et ce mouvement a tout autant - et surtout ! - gagné la réalisation des disques eux-mêmes. Les premières tentatives se situent vers la toute fin des Années 80. Les remasterisations successives et systématiques (de 16 à 20 puis à 24 bit) de très nombreux disques nous permettent - A CHAQUE FOIS ET SANS CONTRE EXEMPLE !! - de constater lévidence suivante : les bandes mères de la plupart des séances denregistrement sont infiniment supérieures à tout ce qui nous a été proposé jusque là&même sous la forme vinyle ! Il savère donc fondé et légitime dy (aux bandes mères !!) revenir SANS CESSE. Seules les incomparables dernières technologies commencent à leur être fidèles.

Les résultats auditifs dépendent, certes toujours, de la qualité objective dune installation de Haute Fidélité puis certainement de sa Mise en Ruvre et de son Optimisation. Mais TOUT AUTANT (&si ce nest davantage !!) de celle des disques que lon écoute !

Pour sen convaincre instantanément, il suffit de comparer un quelconque CD courant (surtout parmi ceux des premières générations des Années 80 !) avec une récente réédition, au sein (entre autres&) de celles que nous vous proposons : jamais, il « ny a photo » !

Un Philosophe du 19ème Siècle a écrit : « La preuve du pudding cest quon le mange ! ». Alors, pour vous convaincre de mon propos, prenez nous simplement au mot&

Ajouter cette page à vos favoris
CD and LP - Music Web Service créateur et hébergeur de site pour disquaires - labels - artistes